Ernest Sylvain Bollée

Le 1er janvier 1814

Fils de Jean Baptiste Bollée et Marguerite Eléonore Mutel, frère de Jean Baptiste Amédée. Issu d’une famille de fondeurs de cloches depuis 1715. Fondeur de cloches lui-même, il créa trois entreprises, qu’il céda à ces trois fils Amédée, Ernest et Auguste. Ernest Sylvain Bollée est né en 1814. Après le décès de son père en 1820, il fait un apprentissage de fondeur de cloches. Ensuite, il se fixe au Mans et fonde son entreprise. Là, il coule les cloches pour les plus grands carillons du monde (Chalons-sur-Marne ; la cathédrale de Buffalo aux États-Unis). Son entreprise élargie alors son domaine de fonderie à la fabrication de robinets, de canalisations et de pompes. Ses trois fils, Amédée, Ernest-Sylvain et Auguste travaillent avec lui dans l’entreprise familiale.
En parallèle, il étudie le fonctionnement du bélier hydraulique découvert par Joseph de Montgolfier en 1792 mais dont la maîtrise n’avait jamais aboutit. Il développe le premier bélier opérationnel en 1865 et trois ans plus tard, il prend un brevet pour son éolienne. Il ajoute donc une nouvelle ligne de production à son entreprise. Celle-ci possède désormais trois branches d’activités : la fonderie des cloches, le bélier hydraulique et l’éolienne.
A sa mort en 1891, Auguste hérita de la branche éolienne, Amédée continua à se passionner pour la branche automobile et Ernest hérita du bélier hydraulique. Auguste poursuivit la fabrication de l’éolienne jusqu’en 1898, date à laquelle il vendit le brevet à l’entreprise E. Lébert.